PORTRAIT du Ministre Abdou Karim FOFANA

Payant de sa personne comme de sa profondeur de réflexion, très engagé pour l’émergence au Sénégal d’une
révolution salvatrice et porteuse d’un essor économique et d’un épanouissement social partagé et équitable, Karim fend la vague et imprime une marque saisissante sur son champ pourtant si délicat d’intervention.

C’est que le cadet de l’illustre Abdoulaye Fofana, ancien Ministre, un homme multidimensionnel, un géant de l’histoire, un éducateur émérite, un sportif de cœur et d’esprit, n’avait d’autre choix que de briller et de ne pas démériter. Héritier d’une parfaite synthèse, de ce qu’il y a de meilleur dans le champ de l’Islam soufi par son grand-père, le très respecté Mamadou Fofana de Diara Karantaba et toujours du côté paternel avec un père fervent disciple de Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur du Mouridisme, Abdou Karim Fofana a puisé dans le legs ancestral les
mêmes valeurs que lui a léguées sa lignée matrilinéaire prestigieuse, celle de la royauté du Sine de Coumba Ndoffène Diouf dont le témoignage sur Serigne Touba Khadimou Rassoul est resté dans les mémoires.

Sa mère, la distinguée Ndèye Sanou Diouf, une dame étincelante, de classe et d’élégance, une guélewar du Sine est connue pour ses qualités humaines exceptionnelles.

S’étant lui-même librement fixé dans son adhésion forte à la Mouridiya en prêtant allégeance à Cheikh Moustapha Mbacké Ibn Cheikh Abdou Khadre Mbacké, l’Imam des Imams, Abdou Karim Fofana est resté profondément attaché à élever les vertus de droiture, de probité morale, d’excellent adorateur de Dieu et de travailleur infatigable que
le Mouridisme inculque à ses adhérents.

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années » : Karim Fofana illustre à satiété la vérité de la sentence cornélienne tant il fait oublier par sa rigueur et la profondeur de son charisme ses quatre décennies d’âge.

Les solides humanités accomplies, le voilà plongé et bien plus qu’à son aise à la tête d’un Ministère clé, celui de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique. Chargé subséquemment de l’un des chantiers majeurs du
Sénégal, celui de l’accès du plus grand nombre de nos concitoyens à un toit, singulièrement à ceux d’entre eux qui ont des moyens et revenus faibles.

Le challenge de l’habitat social pour tous qui passe par le programme d’édification de cent mille logements n’est pas un pari difficile pour lui. Le conseil présidentiel sur le logement qui s’est tenu récemment, sous l’autorité du Président de la République a connu un franc succès.

Ayant bien complété ses humanités à Dakar puis entre Rhône et Saône, à Lyon où il a parfait sa formation pointue au
management des entreprises et à la gestion immobilière, Abdou Karim Fofana est un insatiable assoiffé de connaissances et de technicité.

Il poursuit ici au BEM sa capacitation et plonge sans tarder dans l’entreprenariat, avant de se mettre au service de la République. Son passage remarqué à l’Institut Supérieur des Finances est resté dans les mémoires de ses condisciples.

Il ne pouvait en être autrement pour le digne héritier d’Abdoulaye Fofana, l’un des bâtisseurs les plus méritants du Sénégal moderne. Un homme d’Etat remarquable, au parcours sans faute, très apprécié par l’illustre Présidentpoète, Léopold Sédar Senghor et son successeur le Président Abdou Diouf, qui, à l’époque, Premier Ministre, s’était rendu en Italie, où il était Ambassadeur du Sénégal.

Nommé en Octobre 2015, à la tête de l’Agence de Gestion du Patrimoine Bâti de l’Etat (AGPBE) en qualité de Directeur Général, Abdou Karim Fofana a très vite fait de convaincre les plus sceptiques que c’est un excellent manager public, doublé d’un sens aigu de l’Etat et l’amour de son pays.

Les résultats remarquables obtenus, ont vite fait de le placer autour de la table du Conseil des Ministres où l’a convié le Président Macky Sall qui, très tôt, a décelé ses talents et son sens du leadership. Nul doute que placé au sein des
hautes sphères de l’Etat, il n’en perd pas moins le sens du devoir, de l’humilité et l’esprit d’équipe qu’il a puisé dans le monde sportif, où, à très bas âge, il était déjà bien présent en tant que supporter de l’ASC le Jaraaf de Dakar que son père a eu l’insigne honneur de diriger pendant de longues années.

Passionné de football, supporter invétéré des Lions du Sénégal, le terrain précisément, qu’il soit du sport, de la politique ou celui de son domaine d’intervention ministérielle, Abdou Karim Fofana s’y sent à l’aise.

Payant en tant que de besoin de sa personne, il s’y rend sans relâche rappelant aux uns et aux autres qu’une urbanisation saine et durable n’est pas compatible avec l’anarchie et la complaisance coupable et nocive.

Inaccessible à la peur ou à la paresse, encore moins au manque de fibre sociale, il discute, explique, offre des solutions, mais se montre inflexible lorsque s’impose à lui l’application stricte de la loi et des règlements en
matière d’urbanisme comme c’est le cas avec le marché Sandaga et l’aménagement du littoral.

Marqué par le poids de la tradition (l’héritage de son illustre père) et les exigences de la modernité (faire ses preuves), il s’est inscrit dans une logique : travailler pour le Sénégal. Point n’est besoin de douter qu’avec Abdou Karim Fofana, le Sénégal tient un cadre compétent, profondément Républicain et d’une loyauté d’airain.

Il tient bien ferme le témoin que lui a légué son éminent père en comptant sur le soutien et les prières de sa famille, de ses amis et de sa distinguée épouse Salimata Dièye Fofana. Cette dernière, économiste de formation, spécialisée en évaluation de projets publics, une «tête bien faite» dont la discrétion, l’effacement et la simplicité constituent de précieux atouts à l’ombre de son mari, projeté en pleine lumière.

 

Abdoulaye Fofana SECK