Pourquoi fallait-il fermer la centrale à charbon de Bargny ?

Extrait de « L’or noir du Sénégal » (avril 2018)
Chapitre 9 : Préparer le Sénégal au monde de demain

« La recherche de l’efficacité économique immédiate a souvent été jalonnée de conséquences sanitaires graves à travers le monde, comme en France avec l’amiante, l’utilisation des pesticides Round-up aux USA ou la destruction de la couche d’ozone en raison de rejets d’aérosols de type CFC. L’adoption de tels choix techniques se justifiait, comme pour le charbon aujourd’hui, par leur rentabilité économique de l’époque. Plus spécifiquement, l’exploitation de centrales à charbon est estimée être à l’origine de 23 000 morts annuelles en Europe et 360 000 morts en Chine. La capitale chinoise, Pékin, a fermé en 2017 sa dernière centrale à charbon et son électricité est désormais fournie par des centrales à gaz.

Le groupe Electricité de France (EDF) a bouclé en 2016 le programme de rénovation de son parc thermique en fermant 10 de ses 13 dernières centrales à charbon. Tous ces développements devraient inspirer le Sénégal à adopter une politique énergétique qui écarte les centrales à charbon, y compris celles de petite capacité (10 MW) exploitées par les auto-producteurs industriels locaux que sont Dangote Cement et les Industries chimiques du Sénégal (ICS). En effet, ces centrales peuvent afficher une bonne rentabilité économique mais uniquement lorsque l’on ne prend pas en compte leurs conséquences indirectes, ou « externalités », sanitaires et environnementales (climat, pollution). De plus, selon une étude du département américain de l’énergie, les techniques de séquestration de CO2, un des principaux arguments des détenteurs et défenseurs de centrales à charbon, n’ont pas forcément démontré leur rentabilité.

Le Sénégal a pris des engagements allant dans le sens d’une réduction de ses rejets de gaz à effet de serre à la COP 21 de Paris en 2015. Il serait louable, pour montrer la voie en Afrique et en considération de la planète qui sera laissée aux générations futures, qu’il puisse respecter ces engagements. La SENELEC dispose de toutes les compétences nécessaires pour relever le défi d’un Sénégal produisant de l’électricité sans recourir à des centrales à charbon. Celui-ci doit demeurer une brève parenthèse dans l’histoire énergétique du pays. Plus qu’une question purement économique, il s’agit là d’une mesure de précaution sur la santé publique et une nécessité absolue face aux changements climatiques. Ceux-ci menacent les écosystèmes fragiles du Saloum, mettent déjà en péril l’habitat de villes côtières comme Rufisque et Bargny et risquent d’amoindrir les rendements agricoles dans la vallée du fleuve Sénégal. »

Fary