Comme toujours, le Sénégal a montré à la face du monde son degré de maturité démocratique, qui est même plus en avance par rapport à ce qui se fait dans beaucoup de pays européens.
Les gens croyaient qu’il allait y avoir des problèmes, des contestations, rien… Pourquoi ?
Pourquoi je le crois?
Le président sortant, en fin stratège, a réussi un coup de maître! Il a su écarter, en les fracassant d’abord, avant de les éliminer, les deux partis leaders du Sénégal: le PS et le PDS. Quelqu’un qui parvient à éliminer de la course ces deux partis essentiels qui ont rythmé la vie politique de ce pays n’est pas un petit stratège. Mais il a surtout réussi à aller aux élections avec les gens qu’il voulait, par le truchement des parrainages ; des gens qui ne pouvaient pas l’inquiéter, même si SONKO et SECK, ses plus sérieux adversaires du moment, ont pensé ébranler le président.
Macky est un fin stratège, un renard de la politique ! Sans le faire voir, il a conduit, comme cela lui convenait, ces élections. Un vrai maître de la politique !

 

LE CHOIX DES CANDIDATS PAR LE FILTRE DES PARRAINAGES.

– Idrissa SECK, aussi futé qu’il soit, n’est pas le genre bagarreur ; un vrai diplomate ! Donc, avoir un candidat comme celui-là en face de lui, ne poserait pas tellement de problèmes, d’autant plus qu’il a perdu beaucoup de son aura à cause de certaines considérations ou allégations sur la religion.
– Madické NIANG a voulu jouer le pigeon baladeur du parti démocratique, et ses mailles avec le président WADE ne lui feront pas avoir la bénédiction du pape du SOPI, et jouera finalement le beau larron.
– El Hadji SALL qui, apparemment, n’a pas eu l’entier soutien du responsable des Moustarchidines, a semblé être lâché, et n’a pas bénéficié de son électorat lors des législatives avec sa formation le PUR. Ce n’était vraiment pas la préoccupation de la coalition au pouvoir.
– Celui qui semblait être un trouble-fête, et qui allait se révéler comme tel, c’est Ousmane SONKO, la révélation de ces joutes électorales, comme le PUR l’a été durant les législatives. SONKO ne pouvait pas être écarté par le pouvoir, parce qu’il représentait la nouvelle coqueluche de la jeunesse, mais il ne semblait pas dangereux.
Voilà donc les quatre candidats que semble avoir choisi l’équipe présidentielle pour venir défier la candidat Macky !

APRES LE CHOIX DES CANDIDATS, MACKY A PENSÉ AU CONTEXTE

Au Sénégal, les gens votent beaucoup par sécurité. Les trois premiers présidents du Sénégal en ont beaucoup bénéficié. C’est d’abord l’électorat qui ne prend pas de risque, qui vote systématiquement pour le président sortant. Ici, les électeurs votent le plus souvent en pensant d’abord à la sécurité, donc ne voulant pas se hasarder à jeter son dévolu sur un inconnu.
Ensuite, il y a le vote par affinité. Avec ses réalisations au Nord et au Sud, par son appartenance à la communauté pulaar, le président sortant pense pouvoir faire des razzias dans ces zones, en plus du centre avec Fatick son fief, et Kaolack qui est le domaine de l’AFP. Seul inconnu, Touba. Et avec ses investissements, tant matériels, que par sa personne auprès du Khalife des mourides, le candidat sortant pense pouvoir surfer sur ces élections et passer au premier tour.
Mais c’était sans penser avec la détermination de Idy qui a gardé son bastion de Thiès, et a bénéficié de la non consigne de vote du président WADE. Touba allait ainsi voter massivement pour SECK, la Casamance naturelle reste acquise à son fils, SONKO, ce qui allait être un sérieux ballotage pour le président sortant. Il perdait ses chances de pouvoir passer, à tout le moins au premier tour !
Alors que l’attelage présidentiel a récupéré Dakar où il a presque gagné partout.

PARTIE GACHÉE PAR LA POLITIQUE ET LES POLITICIENS !
Tout semblait bien se passer ce dimanche jour d’élection. Alors que les gens avaient voté paisiblement, sans heurt, s’en sont retournés chez eux pour consommer un bon plat, boire leur thé, comme en un jour faste, ou de fête ; car c’était jour de fête. L’atmosphère était gaie !

Les radios et télés égrenaient les résultats, les bureaux des états-majors compilaient les résultats. On perdait quelque part, puis gagnait ailleurs… pour les trois candidats qui sortaient largement en tête : Macky SALL, Idrissa SECK et Ousmane SONKO, laissant loin derrière eux El Hadji Issa SALL et Madické NIANG !
On ne connait jamais assez les politiciens et ils nous surprendront toujours. C’est d’abord le jeune loup SONKO qui monte au créneau dans un souci de sécuriser le vote pour accuser certains organes de presse nationale et internationale de vouloir divulguer des résultats favorables au président SALL.
Plus tard, vers 22 :30, le même SONKO accompagne son nouvel allié de circonstance, Idrissa SECK qui allait tenir une conférence de presse où allaient être annoncés ces mots : « Nous disons avec fermeté qu’à ce stade, un deuxième tour s’annonce et les résultats compilés nous permettent de le dire. »
Vers minuit, une autre déclaration, comme une réponse à la précédente ? Celle-là est du camp présidentiel, lue par le premier ministre. En substance, Mahammed Boun Abdallah DIONNE dit dans son allocution : « Les résultats compilés nous disent aujourd’hui qu’il nous faut féliciter le président Macky Sall pour sa réélection » et il rajoute en disant que le président SALL a eu 57% des intentions de vote !
Les politiciens venaient de prendre les devants et de mettre en place ce qu’on pourrait appeler une tentative d’influencer l’opinion. Si la tentative du duo SECK – SONKO a été plus raffinée et plus étudiée, en ne donnant pas de chiffre, le camp présidentiel, avec ce chiffre, tombe dans le panneau, et oublie qu’étant l’État, devait tempérer les ardeurs et marquer des points, mais dans la précipitation, ils ont saboté leur propre travail. Car beaucoup pensaient que Macky pouvait passer au premier tour, mais là, dans leur précipitation, son camp vient de semer le doute dans les esprits.

Le peuple, serein, est resté chez lui, sans être perturbé par ces déclarations de politiciens, en attendant la proclamation provisoire des résultats au plus tard vendredi, travail dont se chargera le conseil constitutionnel.
La seule question à laquelle on ne pense pas actuellement, s’il y a deuxième tour, qui sera face à Macky ? L’autre question, si c’est Idy, la Casamance naturelle sera-t-elle derrière SECK ?

Paroles de Mbindef après ces élections historiques. Ce 26 février 2019, en attendant la proclamation des résultats.