PRÉSIDENT WADE : SON VÉRITABLE COMBAT !

Abdoulaye Wade est nuancé, il est insaisissable, il clignote à droite puis va à gauche, il est déroutant etc….
Tout ceci est vrai mais il y’a une constante chez cette « seule constante » du PDS : c’est que tous les actes qu’il pose aussi déroutants soient-ils, ont un but bien précis et lorsqu’on est un tant soit peu attentif on arrive à décrypter son objectif qui est noyé dans son lot de bluff et de diversions.

En pratique il parle de sabotage, de boycott, de report et d’empêchement de la tenue des élections en même temps (va savoir lequel il veut), il parle de brûler les cartes d’électeurs, il envisage les deux hypothèses où Macky Sall remporte les élections au premier tour (il met en garde les leaders de l’opposition de ne pas « pleurnicher » dans ce cas parce qu’il les aura avertis) et l’éventualité où Macky perd les élections (il plaidera pour qu’il ne soit pas emprisonné mais devra restituer l’argent volé).

Ça c’est du Wade authentique : préconiser une chose et son contraire ou plusieurs choses antinomiques et antagonistes en même temps à tel point qu’on s’y emmêle les pinceaux.

Mais si on est assez attentif on arrive à décrypter son véritable objectif dans ce méli-mélo.
En réalité Wade sait que les élections vont se tenir le 24 Février prochain « Ine Shaa Allah » sans le moindre doute.
Il sait également que les 4 autres candidats ne vont jamais boycotter ni demander le report ou la non tenue de ces élections.
Il sait par ailleurs qu’il a perdu le combat pour la participation de son fils à ces élections-ci.

Le seul et unique problème de Wade et qui explique toute son agitation et les différents actes qu’il pose au quotidien (démonstration de popularité, étaler sa capacité de nuisance et son influence potentielle sur l’issu du scrutin, faire pression sur le pouvoir, campagne de dénigrement de Macky Sall auprès des chefs religieux et du public etc…), son seul problème disais-je, c’est cette nouvelle disposition du code électoral selon lequel « n’est pas éligible celui qui n’est pas électeur ».

Comme à son habitude au lieu d’aller directement tout droit au but et pointer du doigt cette mesure qui disqualifie son fils, il tourne autour en évoquant d’une façon générale la réforme du code électoral et en insistant sur le parrainage.

En vérité le parrainage est le benjamin de ses préoccupations (la preuve Karim avait obtenu les parrainages); ce qui le tracasse c’est cette disposition « non électeur non éligible » qui a disqualifié Karim et risque de le disqualifier pour toujours pour toute autre échéance électorale future.

Ce qu’il veut c’est une suppression pure et simple de cette disposition du code électoral.
Il a tellement insisté et fustigé la réforme de ce code électoral partout où il a pris la parole notamment devant le Khalife Général des mourides qu’on peut aisément se douter que le caillou dans sa chaussure est niché dans cette reforme.

Puisqu’il sait que pour rien au monde son fils ne participera à cette élection-ci (il n’y peut rien et l’a accepté de toute façon), il veut néanmoins s’assurer que son fils ne sera plus disqualifié pour les prochaines échéances électorales.
C’est cela le vrai problème de Wade et tout le sens de son combat de trop.

Face à autant de détermination de sa part à son âge on peut légitimement se demander si vraiment Karim Wade mérite un père comme Abdoulaye Wade qui est prêt à laisser sa vie pour lui au moment où il se la coule douce dans les palaces de Doha.
En attendant Wade nous démontre encore une fois toute sa capacité de nuisance et qu’il vaut mieux l’avoir avec soi que contre soi.
Macky Sall est en train de l’apprendre à ses dépens en subissant son « opération dénigrement Yakh der » tous azimuts !

Time will tell us !