Présidentielles 2019:différents comme les cinq doigts de la main

Cinq comme les doigts de la main. Cinq comme les cinq candidats aux élections présidentielles du 24 février 2019. Ils ne seront que cinq finalement malgré la centaine de candidatures déclarées, la vingtaine de candidatures déposées au Conseil Constitutionnel. Le parrainage aura, en fin de compte, ralenti des élans, calmé des ardeurs, et remis certains à leur place. Le Sénégal n’est pas le Gondouana, diriger ce pays n’est pas un jeu. Malgré ses imperfections, le parrainage n’a fait que rappeler à ceux ce qui ne peuvent pas, en deux mois, rassembler 57000 signatures valables, que vous n’êtes pas digne des suffrages des sénégalais. Et puis, en définitive, on retrouve l’ensemble des visions, des discours, des ruptures annoncées par la centaine de candidats chez les cinq retenus. Alors la question devrait maintenant être celle de savoir qui parmi les cinq doigts de la main est capable de mener le Sénégal sur les voies du progrès. Est-ce Macky SALL l’index à l’autorité, Idrissa SECK, l’auriculaire à la puissance mentale, Ousmane SONKO l’annuaire au succès, à la popularité, à la créativité et à l’engagement, Issa SALL, le majeur à la prudence et au sens pratique, ou Madické NIANG le pouce à l’habileté et à la réussite.

Macky, l’index à l’autorité
Il a gouverné le Sénégal pendant sept longues années. Il a un bilan valable notamment en matière d’infrastructures, de l’amélioration du taux de croissance et quelques succès diplomatiques. Le bilan de Macky SALL c’est aussi un jeu démocratique légalement et ingénieusement altéré, une justice à la solde l’exécutif pour des règlements de compte politique, une économie extravertie, des scandales financiers, une gouvernance pompeuse et véreuse. Que nous propose le candidat SALL pour les prochaines cinq années? La continuité ? Continuité dans la construction d’infrastructures ? N’importe qui parmi les candidats peut le faire, le président Abdoulaye WADE ayant déjà montré la voie. Une croissance économique extravertie et une balance commerciale chroniquement déficitaire ? Réélire Macky SALL, c’est mettre le Sénégal à l’arrêt pendant cinq ans, car il n’y aura plus aucun enjeu pour lui, sinon sa personne, sa famille, son clan et assurer ses arrières sur le plan judiciaire.

Idy, l’auriculaire à la puissance mentale
C’est le plus vieil homme politique des cinq candidats. Pour avoir été directeur de campagne de WADE en 1988, Idy a une expérience politique de plus de 30ans. Ses positions versatiles sous WADE, son mutisme sur certains faits d’actualité, lui ont valu une disgrâce de 10ans (2007-2017). Si la gestion du recrutement du poste de président de la république était confiée à un cabinet, il serait très surement short listé vu son background intellectuel, sa posture qui inspire le respect, et sa communication très agressive. Idrissa SECK, c’est aussi une position politique intelligente aux élections législatives de 2017, acceptant ainsi de se mettre derrière Khalifa SALL dans la coalition Taxawu Sénégal. La logique politique voudrait aujourd’hui que Taxawou Sénégal soutienne sa candidature. Si en plus il a le soutien du PDS, il peut valablement aller au second tour. Mais Idrissa c’est aussi un candidat au passé lourd, aux mœurs politiques douteuses et aux convictions religio-confrériques ambigües pour certains sénégalais. Pourra-t-il réussir à se faire une nouvelle mue ?

Ousmane Sonko l’annuaire au succès
Il est incontestablement le phénomène politique de ces dernières années. Il prône une rupture totale avec le système qu‘il pense être à l’origine de l’état d’appauvrissement du Sénégal. Cet ancien inspecteur des impôts, radié de la Fonction publique, ne cesse de surprendre avec une ascension anormalement fulgurante. Pour un homme connu sur le landernau politique que depuis moins de 5ans, il s’est frayé un chemin à coup de dénonciations de qu’il appelle la mafia du système. Un système qui pille les richesses du pays, qui privilégie une minorité bourgeoise et qui dénue la majorité du peuple. Les engagements pris par ce candidat, s’ils sont respectés et qu’il réussisse à les mettre en œuvre, mettrait le Sénégal sur les rails du vrai changement. Les sénégalais qui ont toujours donné leurs voix aux hommes politiques traditionnels vont-ils, en février 2019, enclencher une révolution politique ? Le Sénégal est-il sociologiquement prêt à élire le profil SONKO?

Issa Sall, le majeur à la prudence et au sens pratique
Issa SALL est inconnu du système politique. Les sénégalais l’ont découvert aux législatives de 2017. Le candidat du PUR a un handicap certain, on ne s’intéresse pas trop à sa personne, ni à ses qualités, mais il est identifié au dahira des mourtachidines. Sa force risque d’être sa faiblesse majeure. Sa capacité de mobilisation est certes impressionnante, mais son électorat risque d’être plafonné aux membres du dahira. C’est un faiseur de roi éventuel sur lequel on peut compter en cas de second tour.

Madické Niang le pouce à l’habileté et à la réussite.
Madické est la surprise de ces élections, sa déclaration de candidature a surpris plus d’un. Lui que l’on considérait comme l’ami fidèle, le confident, celui qui est au fait de tous les secrets des WADE. Sa candidature a été perçue pour certains, comme une trahison. La deuxième surprise fut la validation de ses parrainages, en un temps record, il a su mobiliser le nombre de parrains requis !? En attendant que les langues se délient sur ses supposées accointances avec le candidat Macky SALL, Madické n’a pas une envergure nationale et n’est pas non plus le profil dont le Senegal pourrait rêver comme président.

Ousmane sams ndiaye