Le Grand Magal de Touba est une recommandation du fondateur de la confrérie mouride en Afrique de l’Ouest, Cheikh Ahmadou Bamba Xaadimou Rassoul. Il marque l’anniversaire de son départ en exil au Gabon, en sa qualité d’adorateur de Dieu et de serviteur du prophète (psl).
Que devons-nous comprendre et retenir de cette célébration?

Nous répondons humblement : la restauration du monothéisme dans une société fragilisée par le prima du pouvoir temporel sur le spirituel.
Le monothéisme est le trait caractéristique de toutes les grandes civilisations, comme en Égypte dans l’Antiquité, l’Arabie au Moyen Âge et l’Afrique avant les grands bouleversements du 19eme siècle, et de toute l’action prophétique depuis Adam jusqu a Mouhammed (pse). Il est constamment revivifié dans le coeur des croyants par de saint hommes, conformément au hadith du prophète (psl) selon lequel Dieu envoie au début de chaque siècle un revivificateur de l’Islam, vu l’importance du monothéisme dans la vie des hommes. C’est le socle sur lequel repose tout progrès. C’est la clé qui ouvre toutes les portes d’une vie meilleure ici bas et le paradis à l’au delà. A ce propos Cheikh Ahmadou Bamba écrit :  » le défunt peut manquer toute provision sauf le monothéisme qui à lui seul peut le sauver « .

Cheikh Ahmadou Bamba Xaadimou Rassoul à été exilé à cause de son pur monothéisme qui rivalise avec celui d’Abraham. En attestant l unicité de Dieu au risque de sa vie, il remettait en cause l’ordre colonial qui reposait sur la volonté de puissance et de domination conformément aux idéologies racistes développées par Hegel, Hume, Gobineau…
Cheikh Ahmadou Bamba Xaadimou Rassoul était parfaitement conscient des conséquences de son appel vers Dieu, mais il était déjà prêt pour affronter tous les obstacles et contourner tous les stratagèmes mis en branle par le colon pour freiner sa mission. Cependant, pour la cause unique de Dieu et sans arme physique aucune, si ce n est le savoir et sa pratique, il a ébranlé tout un système qui ne repose que sur la force, la tuerie, la barbarie, la sauvagerie occidentale.

Aujourd’hui, 124 ans après son « arrestation » à Diewal, son projet de société qui repose sur la construction de purs monothéistes, dévoués à la cause unique de Dieu pour le développement et l’élargissement de l’Islam sur terre, ne cesse d’enregistrer des avancées considérables grâce à l’oeuvre immense de ses successeurs tels que Serigne Mouhammadou Moustapha Mbacke, Serigne Fallou, Serigne Abdou Lahad, Serigne Abdou Khadre, Serigne Saliou et aujourd’hui Serigne Mountakha Mbacke.

Si au niveau de l’émetteur et du porteur de projet la mission est accomplie, qu’ en est il du récepteur et destinataire du message ? En d’autres termes, avons nous suffisamment compris et saisi cette dimension essentielle de la mission de Serigne Touba ? Avons nous véritablement assimilé son enseignement relatif au tawhid clairement exposé dans ses ouvrages tels que  » mouhibou houdoss  » et  » Massalikoul jinaane  » ? Notre foi en Dieu est elle suffisamment solide? Si oui pourquoi tant de haine, de jalousie et de méchanté ?

L homme est très faible pour impacter négativement sur le destin d’autrui. Si c était la volonté de l’homme uniquement qui s’accomplissait à la place de celle divine, Serigne Touba ne nous serait pas revenu au Sénégal. Le colon à tout fait, appuyé par de jaloux sénégalais, pour l effacer des coeurs des hommes, en vain. Tout ce qu’ils ont fait et continuent de faire de nos jours sous d’autres formes rehausse la notoriété et l’aura du saint homme. Quand Dieu est avec vous, nul ne peut arrêter votre course.
Le comble et paradoxe aujourd hui, c est que les ennemis de l Islam, ce sont les musulmans eux-mêmes. Avez vous déjà vu un prêtre dire du mal sur la toile à son collègue ? C’est tout le contraire chez nous musulmans. Et pourtant nous clamons sans cesse que nous avons la meilleure religion, mais nous manquons de foi en Dieu, l’Éternel.

Cette crise metaphysique est consécutive à l’abandon inexplicable de la plupart d’entre nous à la recherche perpétuelle du savoir, pourtant fortement recommandée par notre vénérable guide Cheikh Ahmadou Bamba Xaadimou Rassoul.
Il est en effet évident que le tawhid doit être éclairé par le savoir et surtout par l’education recue d’un maitre assermenté comme Cheikh Ahmadou Mbacke Maoulhayat, j’en suis temoin.

Au de la de l’euphorie, des slogans tels que  » reew mi Bamba ko moom « , nous devons apprendre à connaître Bamba, à suivre sa ligne de conduite, à nous conformer à ses écrits qui finalement font de nous de véritables musulmans.
Comment pouvez vous comprendre un disciple de Bamba qui délaisse les recommandations divines et s’adonne continuellement à ses plaisirs ?
Comment pouvez vous comprendre un disciple de Bamba qui se sert de son clavier pour calomnier et insulter son prochain dans les réseaux sociaux ? Comment pouvez vous comprendre un disciple de Bamba qui cherche toujours à nuire son prochain ?
Seul le tawhid nous sauve, raison de l’insistance suffisante de notre guide sur ce thème à travers ses écrits. Et il nous recommandé fortement la recherche du savoir et sa mise en pratique. Nous devons, au delà du folklore et des festivités, retenir les vrais messages que Cheikh Ahmadou Bamba Xaadimou Rassoul nous envoie à travers la célébration de ce grand événement religieux.

Seul le manque de tawhid peut expliquer la sécheresse spirituelle qui gangrène notre société et compromet toutes nos chances d émergence. La méchanceté, le mensonge, la calomnie, le commun vouloir de ternir l’image d une personne, la débauche, la fausseté… sont monnaie courante dans une société qui se dit à majorité musulmane. Célébrer le Magal, c’est bien sûr accomplir une recommandation forte de Cheikh Ahmadou Bamba Xaadimou Rassoul. D’autres recommandations fortes sont aussi à suivre et chacune d’elle est consignée sur papier par notre guide. Par conséquent, le mouride n’a aucune excuse pour ne pas purifier son âme et son coeur avant que ne s’abatte sur lui l’inéluctable, la mort et le jugement.

Papa Fary Seye, Enseignant, Écrivain, Journaliste