Quelles leçons du 6èmeanniversaire de PASTEF de Sonko ?

Lors de la cérémonie d’ouverture de cet anniversaire, il est triste de voir comment les partisans de Sonko sont aveuglés par la subtilité de son théâtre politicien, au point de perdre même leur faculté humaine de réfléchir!

Voilà quelqu’un qui se dit  » être hors du système », et « ne veut pas de financement de lobbies », mais qui compte sur les Sénégalais  » goorgorlu » qu’il considère être dans la pauvreté absolue, pour récolter 10 milliards de Fr CFA pour être élu en 2024!

De deux choses l’une: ou bien il a déjà sécurisé ces 10 milliards qu’il veut blanchir à travers une pseudo collecte citoyenne », ou bien, il est le roi des bluffeurs, pour expliquer en avance sa défaite certaine, par l’insuffisance de la contribution des populations qu’il veut défendre.

S’il perd à la Présidentielle de 2024, c’est la faute aux populations qui auront refusé de payer 10 milliards qu’il réclame d’elles pour solutionner leurs problèmes!

Face à ce chantage assimilable à une extorsion de fonds, je me demande combien lui a coûté sa participation à la Présidentielle de Février 2019 avec Macky comme candidat, pour fixer la barre de 10 milliards pour 2024, sans Macky comme candidat, dont il est sûr, en se fondant sur la Constitution et les déclarations antérieures répétées à plusieurs reprises du Président Macky Sall.

Ce faisant, Sonko se démarque des activistesqui veulent abréger le mandat du Président Macky Sall en tenant de mobiliser l’opinion, comme en Algérie et au Soudan, pour faire partir le Président Macky Sall avant la fin de son mandat en 2024.

Sonko n’ a que faire de ces activistes, et s’en est démarqué publiquement en se positionnant en fin de mandat du Président Macky Sall.

C’est ce changement de tactique de Sonko, en perspective de la Présidentielle, qui aide à comprendre les dessous de a sortie de Cheikh Yérim Seck qui dénonce un prétendu deal entre Macky et Idy qui devrait « se tenir tranquille pour lui succéder en 2024″, en contradiction flagrante de ses hypothèses de  » dauphin au sein de l »APR » du Président Macky Sall.

En effet, considérant que son non invitation à la conférence de presse du Président Macky Sall comme un cas de  » bellus causus » , Cheikh Yérim Seck cherche à se positionne pour Sonko en perspective de 2024, en tentant de discréditer Idrissa Seck, et de jeter le trouble au sein des cadres de l’APR, afin de lui baliser le terrain.

A qui donc profite ce  » crime » de discrédit d’ Idrissa Seck en 2024 accusé de  » deal avec Macky », et d’ un APR divisé en multiple tendances qui se détruisent mutuellement? C’est assurément Sonko qui s’est pointé 3ème en 2019 après Idrissa Seck!

Dans cette perspective, ceux qui rêvent d’une gauche comme challenger à Sonko en 2024, sont piégés dans leur délire de « faiseurs de Roi » qu’on leur a flanqué, les faisant croire, dur comme fer, que c’est à leur tour de devenir  » Roi » en 2024 !

Cheikh Yérim Seck, par opportunisme, est devenu  » l’agent officieux de propagande » pour Sonko, qui n’ a rien à perdre dans ce volte -face de ce dernier.

BBY, et l’APR notamment, devrait donc savoir que Sonko et Cheikh Yérm Seck ont le même combat, contre lequel il ne faudrait aucune concession pour préserver les acquis du peuple, le sécuriser davantage, pour continuer sa progression vers l’émergence en 2035, dans la paix civile et la stabilité au sein d’une CEDEAO forte, en mesure d’assurer la souveraineté de nos peuples dans notre sous région pour qu’ils prennent en main notre destin collectif.

Ibrahima Sene PIT/SENEGAL

Dakar le 6 Janvier 2020