Qui sommes-nous et que voulons-nous ?

Sur la question du port du voile dans les écoles en France, je ne sais pas s’il s’agit ou pas d’islamophobie. Je n’ai, pour ma part, pas bien étudié la question qui n’est pas uniquement sociale et culturelle, mais a surtout un angle géopolitique dans une redistribution des cartes entre puissants d’un monde hyper globalisé sur le plan économique en cette aube du 3ème millénaire. Mais, une chose est sure, les Français savent qui ils sont et ce qu’ils veulent. Les Sénégalais par contre, je ne sais pas.

Ce que je sais, c’est qu’une école privée catholique comme l’Institut Sainte Jeanne d’Arc qui s’ouvre aux musulmans n’est pas islamophobe. Par contre, elle peut être choquée quand des groupes d’élèves s’auto-excluent alors que l’école elle-même est à l’inclusion – il y a là une contradiction.

Ce que je sais, c’est que je suis musulmane et je ne me voile pas. Je n’ai pas été élevée dans un islam rigoriste qui impose le voile, tout comme la majorité des femmes musulmanes au Sénégal et dans le Sahel. Le voile a toujours plutôt été un choix conscient que la musulmane fait et concerne sa relation avec son Créateur. Les populations musulmanes du Sahel sont musulmanes depuis plus de mille ans. Je me méfie donc de toute tentative de reconversion de ces mêmes peuples. Et vu ce qui se passe au Mali, au Nigéria et autres, les Français ont raison d’avoir peur. Celui qui voudra m’imposer le voile sans mon consentement propre, devra me poursuivre jusqu’au Nunavut, au nord du Canada, et vu les températures qu’il y fait, il devra lui-même faire plus que se voiler.

L’État sénégalais doit effectivement se pencher sur cette question mais jusqu’à un certain point. On parle d’une école privée de confession chrétienne qui depuis sa naissance offre une éducation française à des Français vivant à l’étranger. Les élèves (dont certains sont même français) qui veulent avoir cette éducation là, dans cette école là, et donc ne veulent pas intégrer l’école publique sénégalaise ou les écoles privées de confession islamique sénégalaises, doivent alors se plier au règlement de cette école et suivre sa mission éducative. L’État sénégalais ne devrait pas s’ingérer sur la question du voile dans cette école particulière de manière aussi maladroite qu’il l’a fait via le ministre de l’Éducation Nationale. L’État sénégalais devrait veiller à ce qu’une bonne éducation soit donnée là (ce qui est le cas vu que les écoles privées catholiques franco-sénégalais font face à une demande supérieure à leur capacité d’accueil), et surtout qu’une bonne éducation soit donnée dans les écoles privées de confession musulmane, comme plusieurs citoyens le demandent déjà depuis fort longtemps.

Mais l’État sénégalais a déjà beaucoup à faire pour améliorer l’enseignement dans le système éducatif public. Donc l’État, que nous réduisons souvent à son président et à ses ministres, ne pourra pas tout faire. Il faudra donc intégrer que l’État, dans un pays si jeune que notre République du Sénégal, c’est d’abord et avant tout chacun d’entre nous. C’est aussi ces parents d’élèves qui savent qu’ils vivent au Sénégal, ne veulent pas que leurs enfants intègrent le système public sénégalais, veulent qu’ils aient parfois même des diplômes français mais tout ça SANS le contexte et les lois françaises… Le beurre et l’argent du beurre donc. Ce qui est généralement impossible d’avoir en Europe. Mais peut-on reprocher à quelqu’un de tenter de l’avoir au Sénégal ? En Afrique ? Surtout si nous-mêmes nous n’arrivons pas à savoir:

Qui sommes-nous et que voulons-nous ?

Ndack Kane