RENDEZ NOUS TOUT DE SUITE NOTRE CITOYENNETE

Quand les prémisses sont fausses, tout le reste est faux nous enseignait déjà Aristote. Mais nul besoin de fouiller dans les traités de Logique, de Morale et de Politique de ce penseur antique pour mesurer l’effet qu’induit des règles falsifiées sur l’issue de n’importe quel jeu.

Le 24 Février 2019 a consacré l’aboutissement d’un processus dont toutes les étapes ont été plus que prou contestées. L’issue en a été fatal pour une opposition impuissante devant l’arbitraire de l’unilatéralisme, sur fond de détricotage d’un consensus laborieusement construit sur des décennies de combat. Du coup, notre Démocratie a reculé d’une génération.

Faut-il rappeler à ceux qui feignent de l’oublier que c’est seulement sur la base de règles consensuelles que notre jeune démocratie a accouché de deux alternances en l’espace de douze ans ? Non, pas la peine. Car ils sont nombreux aujourd’hui sous l’ombre du fossoyeur de ce consensus à avoir mené la bataille qui y a conduit (toue la gauche Sénégalaise et les mouvements élèves / étudiants des années 70 à 90), s’ils n’en ont pas été carrément les victimes expiatoires (le PS et le PDS). Non ils savent. Mais préfèrent se débiner, ployant sous le joug de leur confort de situation, et laisser le Citoyen orphelin.
Faut-il continuer de demander à cette malheureuse opposition victime d’enfarinage au même titre que les citoyens lambda de brandir des Procès-Verbaux attestant de la forfaiture subie ? Non. Il faut arrêter de rigoler ! Ce serait comme siffler un faux jeu à la fin d’une partie de belotte alors qu’on a laissé passer une mauvaise distribution des cartes (tiens donc !) et une annonce de couleur problématique sans rien avoir pu faire pour arrêter le jeu. A une opposition qui ne voit actuellement que la trace du serpent qui mène à sa queue, il serait « diaboliquement génial » de demander de s’accrocher à celle-ci au risque de se faire mordre au quart de tour par la tête bien enfouie.
Soyons plus sérieux, mais surtout plus lucides, dans nos constats citoyens.
Sous la gouverne de Monsieur Macky Sall, ce pays a atteint un degré de perversion démocratique jamais constatée depuis 1962 où l’on parla de « coup d’état » pour la première fois sous nos cieux. Il est de sa responsabilité historique de l’en sortir. Qu’il lance un appel au dialogue à son opposition en y associant ses prédécesseurs est un premier pas sous réserve de gages de sincérité.

Que l’opposition rechigne à répondre à cet appel est compréhensible au regard des farces dialogiques auxquelles le pouvoir l’a jusque- là convié ; mais il est de sa responsabilité historique de discuter avec le pouvoir du rétablissement des règles du jeu démocratique bafouées, afin de réinstaller le citoyen dans sa position de juge ultime des différends politiques.
Le pouvoir d’arbitrer entre différentes offres politiques, sur la base de règles incontestables, parce neutres et acceptées de tous, est le seul qui puisse faire qu’un citoyen souffre la Démocratie.
Et ce pouvoir-là, aucun homme politique, je dis bien AUCUN, n’a la prérogative de le lui confisquer sans courir le risque de faire du citoyen un mouton ou un monstre.
Je ne suis pas dans le calcul politique, mais dans l’exigence citoyenne. L’exigence d’un citoyen qui irait jusqu’à renoncer au droit de vote s’il lui était définitivement démontré, par les acteurs politiques de son pays, que « FINALEMENT, VOTER NE SERT A RIEN ! »
Mais en ce moment-là, mouton ou monstre, toute posture deviendra légitime au nom de la LIBERTE.

Alioune Diouf