Résultats électoraux, résultats ordonnés et résultats exigés

Il est difficile de comprendre cette dangereuse tendance à accabler des télés et radios sur la seule base des résultats qu’elles annoncent par le biais de leurs reporters dans les bureaux de vote. La presse a toujours procédé ainsi, depuis 20 ans. Il s’agit de tendances qui se dessinent, qui sont dévoilées au fur et à mesure et qui sont susceptibles de modifications à tout moment. Sous ce rapport, il n y a pas de quoi fouetter les chiens de garde.
De là à évoquer sans cesse qu’un deuxième tour est inévitable sans le justifier à partir de tendances chiffrées relèvent de manipulation ou de fuite en avant. De la même manière, en quoi un organe de presse étranger qui se prononce sur les résultats et en donne des résultats et tendances porte-t-il atteinte à notre souveraineté ? La manipulation du pouvoir est récurrente et omniprésente. Celle émanant de l’opposition dérange tout autant parce qu’elle se pare des habits de moine et de sainte nitouche.
Le candidat Macky Sall a maintes fois fauté, vraisemblablement. Achats de conscience, utilisation des moyens de l’Etat, instrumentalisation de la justice. Néanmoins, il n’est pas encore sûr qu’il passe dès le premier tour. Pour autant, il faut accepter et redécouvrir, de ces résultats temporaires et fragmentaires, le décalage entre les beaux principes de bonne gouvernance, les positions républicaines de la bienpensance et le « feeling » du sénégalais lamda.

Birame Waltacko Ndiaye