Senegal, Democratie : 25 février, Climat négatif!

Le sentiment d’injustice engendre généralement de la colère. Et quand la colère des uns est une conséquence de la joie des autres, c’est, souvent, parce qu’il y’a maldonne. Parce qu’une défaite régulière génère plus ce qu’on peut assimiler à du déshonneur qu’à de la colère. Au mieux, c’est une colère contre soi.

Sans être prophète, le PM Abdallah semble être dans le secret de Dieu
Quand une information, supposée être inconnue par tous les acteurs, est révélée, avec exactitude, avant l’heure, de deux choses l’une :
– Soit son auteur est devin
– Soit une mascarade volontaire et maladroitement assumée est planifiée

Le PM ne peut pas prédire, coup sur coup, bien avant les élections, avec succès, et le nombre de candidats qui seront retenus au final par le conseil constitutionnel et le suffrage de 57 % du candidat vainqueur !

Qu’il s’appelle « Mouhamed » ne saurait, comme veut nous le faire croire un affidé, cette performance divinatoire.
Notre refus n’est pas inefficace
Ceux et celles qui REFUSENT de voir cet aspect des choses pour, après, accuser les « coléreux » de manquer de sérénité ou d’être à la solde des politiciens, devraient, par respect, revoir et le ton et la teneur de leur parole.

Au Sénégal, l’espoir nous est fidèle

Notre statut de pays pauvre légitime nos doutes économiques. Sans toutefois jamais ébranler notre sagesse et notre « optimisme InshAllah ». Si les agissements imparfaits et obscures de ceux et celles supposés animer le destin commun nous mettent en colère, c’est parce que nous voyons, petit à petit, notre image perdre de sa splendeur devant le miroir de ce qu’elle devrait être.
Que s’arrête l’automatisme de la solidarité de corps. Que s’arrêtent, pour LA république, les allégeances autres que citoyennes. Récusons les seules logiques partisanes qui nous enferment dans des dualités frontales. Nous méritons mieux que tout cela.

Mais, d’abord, évitons d’engendrer des injustices inutiles qui ne profiteront qu’à une partie, fût-elle majoritaire.

Le Sénégal, ensuite le Sénégal, ensuite le Sénégal…