SERIGNE ABASS SALL RTA : 02 Juillet 1990 – 02 Juillet 2019

Pour appréhender la valeur d’un arbre il faut goûter à ses fruits.

« So beuguer kham toûti thi Mame Maodo gueustoul gni mou diangal sen mbinde».
(Si tu veux te faire une idée sur la dimension de Seydi Hadji Malick, consulte les écrits de ses élèves et disciples).

Pour nous rappeler cet illustre « awliya » formé à l’Université populaire du Grand Maître Seydi Hadji Malick SY RTA, je vous invite à aller à la découverte d’un de ses ouvrages qui montre tout son talent et son génie en matière de poésie :

« Foutoûhaatou salaami fî mad’hi waarisi hayril anaami»
(Diiwanou shihriyou Lil haarif billah shayhil Hadji Ibn Abass Sall At-Tijaanî RTA) !

Cet ouvrage monumental que je garde jalousement depuis tant d’années m’a été gracieusement offert et dédicacé par son illustre fils Serigne Abdoul Aziz Sall (yalla na yalla goudeul faname Sam ko ak ndiabootou serigne Abass yep amine).

Serigne Cheîkh Tidiane SY Al Maktoum RTA voyant la passion de Senghor pour la poésie disait :
« Dommage qu’il ne connaisse pas la langue arabe et sa grande richesse sémantique pour savoir que la poésie arabe est sans commune mesure avec celle qu’il sublime tant ».

En effet nous nous émerveillons face aux écrits d’illustres poètes tels Arthur Rimbaud, Charles Baudelaire, Alphonse de Lamartine, François-René de Chateaubriand, etc…
Alors que nous ignorons royalement la poésie de très haute facture de nos éminents guides.

Dans ce Diiwan de Serigne Abass que je vous propose de découvrir, figurez-vous que l’auteur a composé des poèmes en utilisant chacune des vingt huit lettres de l’alphabet arabe comme rime (des khaafiya de Alîf à Ya)!
Soubhanallah !
Un véritable chef d’œuvre qui témoigne d’un génie poétique hors pair.

Prenons la « khaafiyatoul kaafî »
(poème rimé par la lettre Kaf » dans lequel il fait en guise de Tawassoul, l’éloge du Pôle Caché, Abal Fouyoûdati, shayhanâ wa Mourabbiyyanâ wa mawlanâ illa rabbina Ahmad Ibn Mouhamad As-çalim At-Tijanî,
Qutbou ridjâli, afirrou samdaanî, bahril hikami, faydul anwâr minal bouhoûri Wal awâni, Moumidou koulli awliyâhi rahmân,
noûrul haqq bil haqq , bi woudjûdil shamsi Wal qadami, noûru shamsoul wilâyati touhridjoukoum minaz zouloumât Ilan noûr. Radiyallahou Anehou.

« KHAFIYATOUL KAAFÎ » !

« Yaa abal faydi innanî fî himaaka Nartadjî wasla hablina bi houraaka
Nartadjî mazdja maa’inaa bi rahîhine harhafine mine moudaami hizzi houlaaka »

(Ô Toi la Source des flux de Lumières, je me place sous ton aile protectrice dans l’espoir de m’accrocher à ta corde et de fusionner mon eau avec ton Eau dans le nectar de ton vin sublime).

(Ici le terme « Rahîhine » fait référence à « Rahîhil makhtoum », cette noble source d’eau bénite du Pôle Cheîkh Ahmad Tijanî RTA dont il abreuve ses disciples.
Par ailleurs le terme « vin » fait allusion à l’ivresse procurée par l’inondation par ses flux de lumières.
Au paradis coulent également des rivières de vin (Anehaarou mina hamr) qui n’ennivre pas comme le vin ici-bas et dont la saveur sublime est indescriptible).

« Qad khatahnaa bahrane tamawadja laakine faahahoû saahiloun li bahri nidaaka ».

(Pour venir vers Toi, nous avons traversé des océans d’où jaillissent des flots de lumières sur des rivages sans fin).

Autrement dit plus on traverse les océans de lumières pour accéder au Pôle Caché Seydina Cheîkh Ahmad Tijanî RTA, plus se dressent devant nous d’autres rivages d’océans de Lumières sans fin.

« Nastahî faydatane toutabbahou mine haafine li haafine Fa nahtadî bi houdaaka »

(Nous convoitons d’être abreuvés de ton flux de lumières illimité d’une hadara à l’autre, d’océan de lumières en océan de lumières, avec comme finalité d’être guidés sur la voie droite)

« Laa naraa fil woudjoûdi hayraka shayhane kayfa laa wa shouyoûhou tahta liwaaka »

(Nul ne verra un Cheîkh aussi généreux et aussi magnanime que Toi ! Pourquoi pas puisque tous les cheikhs sont largement en dessous de ta Station Sublime).

« Anta baaboun lillaahi Mane djaa’a yabhî Nafahaatine youmnah lehoû bi ridaaka »

(Tu es certes une porte d’accès à Allah SWT et quiconque convoite des faveurs sera gratifié grâce à ta permission et ta bénédiction)

« Qad ataynaa mine bouhdi ardine nouradjî fadlakal jamma taalibîna loughaaka »

(Nous venons de contrées lointaines pour convoiter ta grâce, les disciples que nous sommes espérons bénéficier de tes dons immenses)

« Fa afid bahrakal mouhîta halaynaa bi hanaanine wa hatfatine mine hataaka »

(Déverse les flots de ton océan de lumières sur nous par amour et compassion émanant de Toi)

« awlinaa wasqinaa bi amlaa kou’ûssine bi lezî rabboukal halî awlaaka »

(Abreuves nous avec les plus grands récipients de ce que le Seigneur Très Haut t’a gratifié).

Serigne Abass Sall RTA yalla na yalla yok leeram tass niou thi barkem Sam ndiabootam !
Yalla naniou yalla fayal Seydil Hadji Malick SY RTA boleniou thi ndiabootam bi mouy ndamo euleuk yawmal hiyam.

Amine !

Mouhamadou Mansour Diop