SUPPOSÉES KIDNAPÉES À TOUBA : Les cinq femmes étaient à une « piscine party » au Lac Rose avec l’amant de l’ainée mariée…

Les histoires de kidnapping pour le moins rocambolesques impliquant des femmes mariées se succèdent et se ressemblent surtout au Sénégal. À l’arrivée, elles sont souvent le fruit d’une mise en scène de ces bonnes dames que d’aucuns donneraient au bon Dieu sans confession. Toutefois, ces mises en scène présentent toujours de multiples failles. Il en était ainsi de l’histoire supposée d’enlèvement de cette dame mariée de la banlieue dakaroise dont le présumé ravisseur réclamait, selon ses dires, 500 000 F CFA. En réalité, la bonne dame enceinte des œuvres de son…beau-frère (le mari de sa propre sœur), avait planifié son «enlèvement» de concert avec celui-ci, pour poursuivre sa grossesse dans le Sud du pays, dans la région naturelle de Casamance. Pendant ce temps, la famille qui avait saisi la brigade de recherches de la gendarmerie de Colobane, se démenait comme un beau diable pour retrouver la «pauvre»dame. Laquelle reviendra des mois plus tard avec… un marmot qu’elle présenta comme le fruit des viols consécutifs à son «enlèvement». Seulement, l’enfant ressemblait comme deux gouttes à son véritable géniteur. Acculée par les pandores qui s’étaient déjà fait une religion, elle finit par passer aux aveux. Risée de son quartier, elle sera aussi répudiée par son mari.

L’histoire de l’autre dame mariée supposée kidnappée sur le chemin du marché et qui avait récemment défrayé la chronique a connu pratiquement la même finalité. Une histoire d’adultère. 

Vendredi dernier encore, un père de famille signalait à la police de Gouye Mbind, dans la ville sainte de Touba, la disparition de ses cinq filles parties se recueillir sur les mausolées de la grande mosquée. Les nommées Mame D. ND (19 ans), Niana F. (18 ans), Mame f. ND (15 ans), Mbayang ND (14 ans) et Astou ND (14 ans) étaient ainsi activement recherchées, surtout que l’une d’elle avait alerté leur mère sur le kidnapping dont elles feraient l’objet.

En réalité, les cinq sœurs n’ont jamais été enlevées. Tout a été planifié par la plus âgée, Mame ND, dans les liens du mariage, pour retrouver le temps d’un week-end son amant. On ne sait encore par quelle alchimie, elle a réussi à embarquer ses sœurs dont trois mineures dans son incartade amoureuse. Le supposé ravisseur n’était, en fait, personne d’autre que l’amant de la sœur mariée. Elles se sont ainsi retrouvées dans une piscine-party au Lac Rose avant de réapparaitre dimanche à Keur Mbaye Fall après avoir passé du bon temps. Sous le feu des questions nourries des limiers de la gendarmerie, Mame passera finalement aux aveux. Ses sœurs mineures soumises à des examens gynécologiques n’auraient pas fait l’objet de pénétration. Au-dessous du nombril, dit un adage chinois, il n’y a ni vérité, ni religion.