La compagnie ArtemiLife Inc. basée aux États-Unis et dirigée par Adam Maust (sur une des photos), développe et commercialise des produits à base d’Artemisia Annua depuis plusieurs mois.

On peut voir sur les photos les champs d’Artemisia Annua à perte de vue à Lexington dans le Kentucky. La direction estime que ses agriculteurs ont perfectionné la façon dont la plante est cultivée afin de maximiser son rendement.

La compagnie commercialise deux produits : ArtemiTea et ArtemiCafe.

Une autre compagnie, Artemiflow, qui a été dirigée par le passé par le même Adam Maust, travaille, elle, dans la production et l’extraction chimique de médicaments issus de l’Artemisia Annua comme l’artemisinine, pour traiter le paludisme et le cancer. Les produits sont destinés au marché mondial.

Ce qu’on découvre, c’est qu’un des anciens chimistes de Artemiflow, Peter H. Seeberger, est présentement directeur au Max Planck Institute of Colloids and Interfaces à Potsdam en Allemagne.

Eh bien, en ce moment même, le Max Planck Institute of Colloids and Interfaces sous la houlette de Peter H. Seeberger, collabore avec la compagnie ArtemiLife Inc. pour tester en laboratoire les effets de l’Artemisia Annua sur le Covid-19.

L’Artemisia Annua a déjà été utilisée en Chine contre le SRAS-CoV de 2005 et était considérée comme étant le deuxième médicament à base de plantes le plus puissant contre ce virus, qui appartient à la même famille que le coronavirus actuel. Il y a donc de fortes chances que l’Artemisia Annua soit aussi efficace contre le Covid-19.

Le Max Planck Institute of Colloids and Interfaces considérait déjà, dès 2012, l’artémisinine comme étant le meilleur médicament anti-paludisme. Voir ici : https://www.mpg.de/4984709/artemisinin_malaria

Comme quoi, il y en a qui attendent pour mener des recherches poussées sur les plantes médicinales au bénéfice de leurs populations, d’autres s’y sont engagés depuis longtemps en usant des meilleurs environnements technologiques.