Une confrontation ! C’est ce que vous voulez ? (Par Aba Sn)

Le Sénégal brille partout dans le monde à travers ses guides religieux exemplaires. Ces derniers sont des artisans de la paix et du dialogue et dans chaque situation heureuse ou malheureuse, un fait symbolique de leur part nous témoigne de leur amour pour la nation.

La préservation de cet équilibre ô combien magnifique entre le religieux et le pouvoir étatique est dans l’intérêt de la nation. Et cela ne peut en rien endiguer le rôle de l’État dans sa mission de protection des citoyens et de leurs biens. Aller dans le sens de trouver un compromis dans certaines circonstances ne symbolise pas une faiblesse du pouvoir politique comme certains veulent le croire.

Malheureusement, il y a des gens qui n’auront la paix que quand y aura une confrontation entre l’État et les confréries. C’est triste de le constater mais tout de leurs agissements laisse croire que toute entente et cordialité entre l’État et le religieux les empêchent d’être tranquilles dans leur tête.

Il faut vraiment avoir une perception très réductrice du pouvoir pour appeler l’État dans de pareilles circonstances à faire preuve de fermeté ou utiliser sa force de dissuasion. À quoi sert un État fort si les populations se sentent exclues et non concertées dans les prises de décisions? Essayer de faire passer une décision aux forceps sans consulter les concernés ne ferait qu’empirer la situation déjà tendue sous les effets de la crise du Covid-19.

Contrairement à ce que véhiculent les adeptes de la confrontation, les chefs religieux de toutes les confréries confondues ont été ouverts aux dialogues et coopératifs avec les autorités dans ce contexte de pandémie. Par exemple Le Grand Ziara de Tivaone a été reporté dans les dernières heures de préparation sous l’ordre du Khalif Serigne Babacar Sy. Son homologue des mourides Serigne Mountakha a pris la décision de reformuler le mode de célébration de bon nombre de Magal (en demandant aux talibés de les célébrer chez-eux) parmi lesquels Kazu Rajab et Magalou Darou devaient accueillir des centaines de milliers de fidèles. Les Layennes aussi malgré leur capacité d’organisation légendaire n’ont pas non plus organisé l’Appel annuel qui devaient regrouper des milliers de fidèles.

Dans toutes les villes religieuses, si les mosquées n’ont pas été fermées, les responsables se sont organisés pour que les mesures barrières y soient respectées. La première participation symbolique à hauteur de 200 millions dans l’effort de lutte contre la pandémie est l’œuvre d’un Khalif Général. Ce geste ô combien magnifique a requinqué tous le pays pour être à côté de l’État. Les images de ces guides portant des masques ou se lavant les mains devant les Talibés ont même été utilisées par les services du ministère de la santé pour sensibiliser les populations.

Tant d’initiatives et de concessions que certains veulent occulter aujourd’hui en appelant l’État à ne pas dialoguer et y aller avec brutalité. L’insolence avec laquelle on parle de cette question dans les réseaux sociaux défie toutes les règles bonne conduite qui soutiennent notre société. Les plus egarés se créent des tribunes pour apprendre la religion à des guides qui n’ont d’autres préoccupations que l’accomplissement des recommandations divines.

Certains qui passent tous leur temps à traiter les gens de fanatiques tombent dans un fanatisme mille fois plus dangereux. Ce qu’on redoute le plus du fanatisme religieux c’est qu’elle peut mener à des actes de violence. Si en le dénonçant on incite l’État à la prise de mesures de coercition qui peuvent mener à des déchirements aux sein de la société, on devient plus nocifs que ceux qui sont supposés être des fanatiques.

En voulant créer un État policier et represseur, on risque de se trouver avec un État failli qui aura perdu toute son influence sur les masses populaires. Déjà à peine crédible aux yeux des citoyens, que deviendra t-il s’il se met à dos les confréries religieuses qui jouent un rôle important pour le maintien de la paix et de l’équilibre social.