Une présidentielle cosmétique sans débat

Sénégal une démocratie sans démocrates, les partis politiques y sont des entreprises unipersonnelles à responsabilité limitée. Le plus risible c’est l’inexistence d’une opinion, curseur moral qui aiguille la conduite des hommes et femmes publics.

La prestidigitation y est élevée au rang de science, donnant lieu à toute une fantasmagorie, au passage, très rétive à la raison discursive. Qui pour le complotisme, qui pour la superstition et, enfin, qui dans l’angélisme des bons sentiments.

À un mois d’une présidentielle aussi imprévisible que pernicieuse, puisque grosse et lourde de tous les dangers, aucun média ne prend sur lui d’organiser un débat contradictoire entre les impétrants à cette élection, qui ont passé le test du parrainage.

Chaque officine cherche à raccrocher son wagon à la locomotive politique la plus offrante. Et que font-ils de la fonction médiane de leur vocation, comme régulateur social et de sauvegarde de la concorde nationale ?

Si cette présidentielle est au raz de pâquerettes, la faute n’en incombe pas aux seuls politiques et leurs séidés, les médias y ont une responsabilité énorme.

Du soleil des indépendances au votes des bêtes sauvetages, pour faire un clin d’oeil à Ahmadou Kourouma, les médias de toutes les démocraties ont réussi à avoir un ascendant sur les candidats à l’obligation de face à face. Excepté le Sénégal.

Alors vitrine de la démocratie ou de la démocrature ?

Macky le descendant de guerrier accepterait il de défendre son bilan et nous édifier sur les perspectives envisagées devant Sonko et Idy ?
Ç’eût été plus excitant que de nous tympaniser avec le wathiathia au milieu de sa cour.