UNE PUBLICATION SUR LA DANSE, QUELLE AVENTURE…

« A l’occasion de la première édition qui sortira le 15 mars, nous avons souhaité que tu nous gratifies d’un papier, si tu le veux bien — un papier d’opinion dans lequel tu nous dirais, si dans l’univers qu’est celui de la danse, les spectacles sont à la hauteur, en évolution ou en régression. Peut-être même nous dire ce qu’il faudrait en sus, à ton avis, pour créer de magnifiques spectacles au Sénégal… »
Voici la quintessence de la demande amicale, que des amis bien intentionnés, ont bien voulu me faire. Ce fut une si agréable surprise, que j’ai été tenté de leur parler au téléphone. J’ai dû contenir mes émotions et me mettre à réfléchir, non pas au texte que je serais amené à fournir, mais plutôt sur le processus de réflexion qui poussa mes amis à aboutir à cette forte décision.
Mais je suis vite arrivé à la conclusion, après avoir considéré le profil des initiateurs, que ceci n’était qu’une étape d’un engagement conscient et déterminé pour faire de la danse une discipline respectable et respectée, dans notre pays. Mariama, Bayano et Cortex, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, sont des acteurs-clé dans la recherche, la promotion et la diffusion de la danse, au Sénégal. Leurs structures, The Dance Hall, Artivist, et Sénégal Battle, sont porteuses de projets aussi prospectifs que structurants, comme « la codification des danses africaines » dont les premiers travaux, ont été accueillis en ………………par le Laboratoire des Anthropologie et d’Ingénierie Culturelle (LAIC) de l’UCAD, la Coupe d’Afrique de Danses Hip Hop ou « La Nuit de la Danse » , tous désormais inscrits dans l’agenda du Pays.
Cependant, le projet de porter sur les fonts baptismaux le « MAGAZINE 101°/° DANSE », dans le contexte actuel pourrait être perçu comme une gageure, tellement ce sous-secteur manque de lisibilité, malgré un dynamisme certain. Faut-il le rappeler, la danse reste un élément récurent dans la vie de nos sociétés africaines, un rituel que l’on retrouve dans toutes nos cérémonies importantes. Ce qui fait qu’en Afrique, on danse à tous les âges, tout en tenant compte de son caractère profane ou sacré.
Pour rappel, c’est avec le phénomène de l’exode rural, lié à une urbanisation de plus en plus accentuée de nos pays et au problème de pauvreté de nos campagnes, qu’au milieu des années 70, des groupes de danse d’inspiration traditionnelle, se sont constitués dans les centres comme Dakar, sur la base de l’appartenance à la même ethnie, ou à une même contrée d’origine. On les appela « les ballets traditionnels ».
Pendant longtemps, ils assumèrent seuls la vie culturelle des grands centres, leur principale activité se circonscrivant à la satisfaction des besoins d’exotisme des touristes, pour lesquels ils jouaient dans les hôtels.
Avec l’avènement du Théâtre National Daniel Sorano et la création de Mudra-Afrique, nés de l’imagination du Président-poète Léopold Sédar SENGHOR, nous avons commencé à assister à la professionnalisation de la danse au Sénégal.
Le Théâtre National Daniel Sorano a renfermé en son sein deux corps de ballet : le « Sira Badral » et la Compagnie « La Linguère ». Même si le premier corps de ballet a dû être dissout pour des besoins liés à la restructuration du TNDS, le balle « La Linguère » continue à faire les beaux jours de la danse, version Sorano.
Quant à Mudra-Afrique, elle a été la première école, créée par Senghor, et qui recevait des étudiants de plusieurs nationalités, encadrés par des professeurs célèbres comme MAURICE BEJART, mais également, GERMAINE ACOGNY et CHEIKH NIANE du Complexe culturel « Yengoulene ». Mudra-Afrique aura formé plusieurs générations, en danse classique, moderne et traditionnelle.
Mai, faut-il le reconnaitre, Mudra, à cause de son caractère élitiste et sa durée de vie, n’aura bénéficié qu’à peu de danseurs, au plan national. A ce niveau, ce sont les corps de ballet, qui ont maintenu vivaces, nos traditions rythmiques et nos danses.
Malgré cet important travail de conservation, de collecte et de vulgarisation du patrimoine rythmique et chorégraphique, ces corps de ballet n’ont été encadrés que par…La Fédération Nationale du Théâtre Populaire, logé, paradoxalement, au Ministère de la Jeunesse et du sport…Ce compagnonnage n’aura pas beaucoup apporté aux ballets, à part les éloigner de leur tutelle naturelle qu’est le Ministère en charge de la Culture, et à les fixer dans un amateurisme qui mine encore leur évolution.
Il a fallu attendre le début des années 90, pour voir revenir au Sénégal, Germaine Acogny qui mit en place l’ECOLE DES SABLES de Toubab Dialaw, un Centre de créations chorégraphiques et de formations, oû se rencontrent, chaque année, plusieurs nationalités pour des modules de formation et de résidence-création. L’initiative de Germaine Acogny a bénéficié, dès ses débuts, de l’expérience d’une jeune Compagnie, la 5e Dimension, « première compagnie de danse contemporaine », mise sur pied par un jeune chorégraphe, Jean TAMBA, qui a fait ses armes dans les ballets traditionnels et ensuite au Conservatoire d’art de Dakar.
Mais, c’est véritablement en 2001, avec la création du FESTIVAL KAAY FECC « festival de toutes les danses », que la danse au Sénégal, eut le rayonnement qui est actuellement, le sien. La naissance de ce Festival a créé une émulation qui nous voit assister à la création de nouvelles compagnies de danses contemporaine, comme le JALLORE de St Louis, ou le PASYTEF BALLET-THEATRE de Dalifort.
L’autre fait marquant de l’évolution de la danse au Sénégal, fut l’avènement des danses urbaines qui fut si tranché, qu’elle occupe l’essentiel des espaces d’apprentissage et de diffusion disponibles. Son importance et son impact au niveau des jeunes, fut tel que, l’Association KAAY FECC lui donna une part congrue dans son Festival, avant de lui consacrer des événements dédiés. Faut-il noter la mise en œuvre du projet SUNU STREET, premier projet de danses urbaines financé par l’UE et accueilli pendant deux ans, par le Centre Culturel Blaise SENGHOR, espace par excellence d’apprentissage et de diffusion de la danse. Beaucoup d’initiatives, de trophées, au plan individuel et collectif, suivront…Nous pouvons aussi noter la création du FESTIVAL DUO-SOLO à St Louis, LA NUIT DE LA DANSE , le BATTLE NATIONAL, à Dakar, des compagnies DANSE Fé (DANSE AU FEMININ) et MERE NOIRE, ainsi que de nombreux projets, à l’initiative de chorégraphes étrangers, attirés par le potentiel avéré de nos danseurs. L’organisation de présélections d’événement internationaux comme le
BOTY (Battle Of The Year), ainsi que la participation de nos danseurs dans des compétitions et projets internationaux, sont des motifs de fierté.
Malgré ces signes qui peuvent faire penser à « une bonne santé », de la danse dans notre Pays,, ce sous-secteur se trouve confronté à plusieurs problèmes. Le plus en vue est, sans nul doute le manque d’infrastructure ; à part le Théâtre National, le Centre Culturel Blaise SENGHOR, et accessoirement l’Ecole des Sables, aucune autre structure de diffusion ne s’offre à la danse, à part l’Institut Français qui ne donne qu’une part congrue aux Compagnies et corps de ballet.
L’autre goulot et non le moindre, est la formation, qui, à part les structures citées plus haut, ne peut se concevoir qu’à la section danse de l’Ecole des ARTS qui cherche à tirer son épingle du jeu. Mais son manque de moyens et de ressources humaines motivées, plombent toutes ses initiatives. Avec un impact presque nul, elle gagnerait à être profondément réformée. Ce sera surement le cas, dans la perspective de l’érection de la future Ecole des Arts et Métiers, en chantier.
Il faut aussi noter, le manque criard de compétences sur le plan de l’organisation administrative des compagnies, ce qui annihile tout effort de mise en marché de nos produits chorégraphiques.
Au regard de tous ces constats, nous estimons que le raffermissement du sous-secteur de la danse par la construction d’infrastructures, de dotation d’un fonds dédié, d’un bon circuit de formation, de recherche et de renforcement de capacités, ainsi qu’un circuit de distribution bien pensé, est le seul gage de l’émergence de notre potentiel chorégraphique.
L’avènement d’une publication « 101°/° DANSE » sera très certainement un outil de promotion, mais aussi d’alerte et de veille pour des productions chorégraphiques de qualité.
BON VENT AU MAGAZINE.

NB: l’article est déjà publié dans le magasine « Dansez » paru il y a peu.