VEUT-ON NOUS OBLIGER A NOUS ENGAGER TOUS EN POLITIQUE ?

Dans une République comme la nôtre, les nominations dans l’appareil étatique relèvent du pouvoir discrétionnaire du chef de l’État, garanti par la constitution. Le chef de l’État a le droit de nommer qui il veut au poste qu’ il lui plaira, sans être obligé de rendre compte à personne, si ce n’est au peuple souverain qui jugera son action politique par la voie des urnes. Ainsi, lui seul connaît les véritables raisons qui motivent ses nominations. Cependant, on peut penser que ses nominations ne prennent pas seulement en compte la compétence de l’agent préposé. Il y a, en effet, un autre élément déterminant, et d’ailleurs le plus important, à savoir le calcul politique.
En réalité dans un pays en voie de développement comme le nôtre, nous avons plus besoin de la compétence et de l’expertise de nos hommes et femmes, bien formés dans nos écoles et universités, pour relever les défis immenses de l’émergence. Parmi ces hommes competents et savants, sur qui le Sénégal peut compter, nous pouvons citer le Pr. Lamine Gueye.
Nommé Recteur de l’universite de Saint Louis, puis celle de Bambey, le Pr. Gueye a reussi a faire de l UADB la première université au Senegal. Ses reformes, projets, innovations ont finalement fait de ce temple du savoir, la convoitise de tout étudiant sénégalais.
Comment peut-on comprendre qu’une telle autorité, dont les resultats sont sans conteste, puisse être affecté à un autre poste, qui, â notre humble avis (il est possible que nous nous trompions) paraît être moins important (Secrétaire exécutif de l’autorité nationale d’Assurance Qualité de l’Enseignement supérieur) ? Si notre avis tient la route, on peut aussi se demander si le Professeur n’aurait il pas été victime de sa neutralite politique ? Ou bien aurait il commis l’erreur d’avoir bien travaillé ?
Quoi qu il en soit, un adage dit bien :  » On ne change pas une équipe qui gagne « .
L’analyse de certaines nominations ou limogeage (comme M. Birima Mangara et Mme Aminata Tall démis de leurs fonctions) montre le poids important de la donne politique dans les choix du chef de l État. En effet, il apparaît clair que pour être maintenu à un poste ou pour avoir de la promotion, il faut faire des resultats politiques, c est-à-dire apporter des suffrages considérables au Président de la République lors d’une élection (gagner son bureau de vote, son centre de vote, son département, sa région). Certains ont la conviction que si on est bien assis politiquement, on peut avoir toute sorte de nomination-promotion, même si la compétence, le savoir et le savoir-faire leur font défaut. Dans ce cas, vaudrait il la peine d’accumuler des diplômes ou de faire des résultats à un poste ?
Dans la même lancée, certains agents de l’Etat peuvent être sanctionnés parce qu’ ils ne sont pas du même camp politique que le parti au pouvoir (l’exemple de M. Matar Sene). D’autres apolitiques se voient privés de certains de leurs droits en raison de leurs positions anti-pouvoiristes sur des sujets d’intérêt national.
Dans un pays qui fonctionne comme tel, où le model anglais qui repose sur  » the right man on the right place  » cède la place au  » the political man on the political place « , l’émergence tant attendue ne restera qu’ un concept, un idéal.
Obliger les cadres à faire nécessairement des résultats politiques en faveur du parti au pouvoir, pour être récompensé apres par une nomination, apparaît comme un chantage et un alibi fallacieux qui ne saurait justifier la mise au frigo de compétences avérées. Cette attitude favorise également la fuite des cerveaux qui contribue au sous-développent de notre continent. Si les États africains veulent la combattre, ils doivent nécessairement mettre de l’avant les compétences et le mérite de chaque citoyen, au détriment des calculs purement politiciens.

Pape Fary Ndao