Vote ethnique ou vote confrérique, évitons le piège!

La bon sens est la chose du monde la mieux partagée, disait Descartes. Alors, tout le monde comprendra que la raison la plus élémentaire commande de ne pas jouer avec des allumettes dans une poudrière. Ce qui s’est passé au Rwanda est de fraiche mémoire. En République Centrafricaine, Séléka et Anti Balaka s’affrontent sauvagement pour des raisons dont la principale relève de questions religieuses. Au Nigeria, très souvent, musulmans et chrétiens s’entretuent atrocement, sans autre raison que la haine réciproque née de la différence de foi. Plus près de nous, au Mali voisin, qui peut expliquer pourquoi Chasseurs traditionnels et Peuls s’étripent si sauvagement?

Ici, au Sénégal, par la grâce de Dieu, nous avons, jusqu’à présent, dans la plus parfaite intelligence, dans l’harmonie la plus totale, cohabité en paix. Les différentes ethnies qui composent la nation sénégalaise ont même réussi à tisser des liens traditionnels sacrés très forts et très prégnants, qui ont jusqu’à présent garanti de bons rapports entre elles. C’est le cas, par exemple, entre Diolas, Sérères et Poulars. Il est impossible qu’un conflit surgisse entre eux. C’est le cas par exemple, Entre DIOP, NDIAYE, SY, qui peuvent se permettre n’importe quelle privauté les uns à l’égard des autres, sans que cela ne prête à conséquence.

Dans ce Sénégal, Chrétiens et Musulmans se côtoient fraternellement, dans la plus parfaite quiétude. Et dans certaines contrées, ils ont même des cimetières communs. Des membres d’une même famille dont certains sont chrétiens et d’autres musulmans, vivent ensemble en paix dans les mêmes concessions. Les liens de solidarité qui les lient n’en sont en rien affectés. On rapporte même que c’est le Cardinal Thiandoum, alors chef de l’Église sénégalaise, qui a financé le pèlerinage à La Mecque de son frère qui lui, était l’Imam de leur village. Nos frères chrétiens entament demain, le Saint mois de Carême au terme duquel, ils vont offrir à leurs amis musulmans ce fameux ngallakh que mes parents Ndiayènes aiment tant. Quelle meilleure preuve d’harmonie entre chrétiens et musulmans?

Pour le cas particulier de l’Islam sénégalais, son signe distinctif est qu’il est confrérique. Nous appartenons à des tarikhas (Khadir, Tidianes, Mourides) dont l’action s’adosse sur les enseignements de Saints comme Seydi El Hadj Malick Sy, Baye Niasse, Seydina Limamoulaye, Cheikh Ahmadou Bamba, pour ne citer que ceux-là. Ces tarikhas, étant toutes d’obédience Malékite, véhiculent toutes le même message. Aucune contradiction n’a donc jamais dressé leurs différents adeptes les uns contre les autres. Jamais aucun conflit, aucun litige, aucune incompréhension n’ont assombri le bon climat des relations entre ces tarikhas dont les guides (certains d’entre eux sont même apparentés) entretiennent d’excellents rapports entre eux.

Ce que la raison nous commande donc, c’est de ne pas compromettre, pour quelque raison que ce soit, pour quelque motif que ce soit, cette belle harmonie qui nous a fait de notre pays cette exception, ce havre de paix, de fraternité et de stabilité que tout le monde chante, dans une Afrique où, partout ailleurs, des conflits religieux, des guerres tribales, ont décimé les populations et déchiré durablement le tissu social.

Ce que la raison nous commande, c’est de refuser de tomber dans le piège de nos politiciens de tout bord, de tout poil, qui, pour arriver à leurs fins, instrumentalisent nos confréries pour s’en servir comme base affective.

Ce que la raison nous commande, c’est de ne pas écouter les sinistres sirènes qui font vibrer la fibre ethnique pour s’attirer notre adhésion à leur cause.

Na gnou bagne ba teudd tchia naadj wa, di wout kou gnou bagne-lé! On a vu ce que cela a causé comme dégâts ailleurs.

Le combat qui doit être engagé se situe ailleurs.

Ce sera, exiger que les promesses faites pendant la campagne électorale soient respectées

Ce sera, se battre contre le népotisme, le favoritisme, la gabegie, le train de vie dispendieux de l’État.

Ce sera, se mobiliser pour la bonne gouvernance, la gestion transparente de nos futures ressources en hydro carbures, au mieux de nos intérêts.

Le Sénégal aux sénégalais d’abord! Sénégalais bou néékk guiss boppam tchi dokhalinou rééw mi. Diaamm ni gnooy!!!!!!